Sélectionner une page

Courir en pleine conscience

Runvideoworld.com

16 décembre 2018

La pleine conscience consiste à porter intentionnellement son attention aux expériences internes (sensations, émotions, pensées, état d’esprit) ou externes du moment présent, sans porter de jugement de valeur (Source : psychomédia). Elle peut donc constituer une technique de méditation et est donc très utilisée dans les derniers courants de thérapie cognitivo-comportementale.

Définition

Les apports de cette technique en thérapie sont nombreux. Elle va aider les personnes à se relaxer, à mieux gérer leur stress, leurs douleurs ainsi que leur anxiété. Elle est utilisée en complément de soins médicaux ou de psychothérapie mais elle peut aussi être utilisée par tout un chacun. Cette pratique issue des pratiques méditatives bouddhistes invite, comme je l’ai définie plus haut, à diriger son attention volontairement et donc à ne pas se laisser piéger par nos automatismes, nos pensées, nos émotions et nos schémas habituels de fonctionnement. Elle vise une nouvelle façon de vivre une expérience.

Méditation et course à pied, est-ce compatible?

Mise en oeuvre

Un des auteurs qui en parle le mieux dans le champ de la psychologie francophone, c’est Christophe André. Je vous invite à lire son livre “Méditer jour après jour” ou à consulter ses vidéos ou interview sur le web. Il explique d’ailleurs : « Cette pratique très simple et qui ne demande qu’un peu de persévérance (…) peut modifier profondément notre rapport au monde, apaiser nos souffrances et majorer nos joies. » Il explique donc qu’elle nécessite un peu  d’entraînement tout d’abord, si vous êtes en difficulté, vous pouvez aller voir un professionnel mais cela ne me semble pas obligatoire actuellement avec toutes les ressources à disposition sur le web (peut-être je me trompe). Par contre ce sur quoi il insiste vraiment, c’est que ce n’est pas une méthode passive ! On n’est pas obligé d’être assis, isolé, en haut d’une montagne pour la pratiquer. On peut être chez soi, au travail, dans un lieu public, marcher ou même courir. Alors entraînez-vous!

“Cette pratique peut modifier profondément notre rapport au monde, apaiser nos souffrances et majorer nos joies”

Courir comme on médite

Un autre auteur qui aborde aussi bien cette question, c’est Sakyong Mipham. Il a écrit « Courir comme on médite ». Dans ce livre très sympathique à lire, il raconte lui aussi les multiples bienfaits de la méditation et les met en rapport avec ceux du running. Il fait le lien entre l’entraînement du corps et de l’esprit à travers son évolution dans l’apprentissage de la course à pied et associe les principes et valeurs bouddhistes aux étapes qui conduisent à courir un marathon. L’occasion ici d’en savoir plus sur certaines traditions, la Lignée Shamballa et la méditation. Un livre très intéressant donc.

 

Bref, pourquoi cet article ?

Si l’on est capable d’agir sur son mieux-être, sur ses pensées automatiques, sur sa conscience du moment présent et d’être plus détendu, on sera bien évidemment plus motivé à courir. Les émotions positives qui en découlent nous encouragent à recommencer et à se perfectionner. Le sentiment de reprise de contrôle sur ses pensées, la redécouverte du moment présent est une sensation vraiment très agréable : le paysage, les oiseaux, les sons, les odeurs, les petits détails sur lesquels on ne s’attarde jamais lorsque nous sommes pris dans nos pensées, nos problèmes, nos tâches qui nous préoccupent…

Qui n’a pas déjà passé un footing entier à penser à sa liste de problèmes qu’il n’arrive pas à résoudre ? A sa liste de course ? A un conflit récent… Il y a mieux à faire pour se sentir bien pendant ou après un effort, non ?

Une méthode à découvrir, à essayer, sur une longue période pour pouvoir en observer les changements. Cela sera peut-être difficile lorsque l’on débute en course à pied ou lorsque l’on ne s’est jamais essayé à des méthodes en lien avec la relaxation ou la méditation. Autre difficulté possible, je parle pour moi là, c’est lorsque les conditions météos sont très difficiles, le moment présent est alors nettement moins agréable. Je suis alors beaucoup plus dans mes pensées… On ne peut pas juste courir quand il fait beau et chaud. Alors dans ces cas-là, je préfère utiliser d’autres outils de motivation.

Je m’arrête ici, bon running méditatif à tous!

Pour aller plus loin:

%d blogueurs aiment cette page :