Sélectionner une page
Facteurs de la performance en course à pied
Runvideoworld.com
3 mars 2018

Différents facteurs entrent en jeu lorsque l’on parle de performance en running. On ne devient pas un athlète d’élite en claquant des doigts. Comprendre les facteurs de la performance en course à pied peut vous aider à rester motivé sur la durée. Lorsque l’on comprend ce que l’on fait et pourquoi on le fait, on a plus de facilité à le faire sur la durée. Je vous propose donc ici une liste des différents facteurs que j’ai pu identifier à travers mes différentes lectures et expériences.

Les facteurs génétiques

Ces facteurs, on ne peut pas les modifier. Ils sont acquis dès la naissance. Les chercheurs ne sont pas encore d’accord sur le pourcentage de performance qui serait lié aux facteurs génétiques. Mais plusieurs gènes ont déjà été identifiés concernant différents aspects en lien avec la force musculaire ou avec l’endurance par exemple. Bientôt nous pourrons cibler au sein de notre génome les paramètres individuels favorables pour détecter des potentiels champions. Mais ceux-ci ne devront tout de même pas s’affranchir des différents facteurs de la performance suivants pour devenir des athlètes de haut niveau.

Facteurs de la performance en course à pied
Voici une image que j’ai créée pour illustrer cet article

 Plan d’entraînement

Planifier ses entraînements sur la semaine ou sur l’année est indispensable. Ce plan sera votre carte routière, votre GPS pour progresser sans vous épuiser et sans vous blesser. Ce plan sera rythmé par un ou plusieurs objectifs et par des temps de repos. C’est un outil très important quand on court régulièrement.

Facteurs physiologiques

Système aérobie : voie métabolique qui fonctionne avec présence d’O2 soit par dégradation des glucides, soit par dégradation des lipides (pour un effort d’au moins 40min environ) pour produire de l’énergie. C’est la voie métabolique prépondérante utilisée par notre corps lors d’un effort d’endurance.

VO2max : Volume d’Oxygène maximum que le corps peut consommer lors d’un effort intense par unité de temps. C’est un bon indicateur de la performance en course d’endurance. Il est atteint lorsque le coureur est à vitesse maximale aérobie (VMA).

Système anaérobie lactique : voie métabolique qui fonctionne avec présence d’O2 par dégradation des glucides pour produire de l’énergie. Ce processus est capable de fournir beaucoup d’énergie mais sur des durées moins longues que le processus aérobie car il entraîne en autre la production d’acide lactique.

Renforcement musculaire : indispensable pour prévoir les blessures, améliorer votre posture et votre foulée (renforcement du tronc, des fessiers, du psoas…). Il va apporter plus de stabilité à votre corps et va corriger les déséquilibres.

Equipement

Chaussures : C’est l’élément le plus important de votre tenue. Prenez le temps de bien choisir car elles vont vous accompagner pour environ 400-600km. Elles doivent être adaptées à votre morphologie et à votre foulée. Il faut trouver le bon rapport entre stabilité, amorti et dynamisme pour faire son choix.

Objets connectés : Ils sont de plus en plus nombreux et variés. Les plus utilisés aujourd’hui sont la montre GPS, le lecteur mp3, le cardio et le smartphone. Ils sont utiles pour connaître la distance d’un parcours, votre vitesse exacte, votre fréquence cardiaque ou votre chrono. Ils peuvent bien sûr être un plus pour votre motivation et votre planification d’entraînement. Mais selon moi, ils ne sont pas indispensables. Le budget de ces différents outils peut vite devenir très élevé !

 

Facteurs psychologiques

Motivation : Développer sa motivation est un point essentiel pour réussir à s’entraîner sur la durée et ce malgré la fatigue, le froid, des évènements familiaux ou professionnels difficiles. Ca tombe bien, c’est tout l’objet de ce site !

Routines : Adopter une bonne hygiène de vie, développer des habitudes saines pour votre corps et votre esprit, vous en sortirez alors plus fort. Une fois qu’une habitude est acquise, elle devient automatique dans nos réseaux neuronaux, il devient alors plus facile de les appliquer et elles sont moins coûteuses en énergie.

Estime de soi : Il faut la développer, cela va vous rendre plus fort. Une bonne estime de soi permet de ne pas se centrer sur ses idées négatives qui peuvent parfois survenir pendant une course ou un entraînement.

Concentration : Si on est capable de développer son système attentionnel, on est capable de garder le focus plus longtemps sur ce que l’on est en train de faire. Cela peut s’avérer très utiles dans les périodes, dans les courses ou dans les entraînements difficiles.

Gestion des émotions : On peut apprendre à mieux gérer ses émotions avec des techniques de relaxation ou de pleine conscience pour pouvoir mieux gérer son stress avant ou pendant une compétition ou même durant votre quotidien.

« Les coureurs qui ont de bonnes habitudes et qui s’y tiennent sont ceux qui ont les meilleurs résultats. » Tom Holland (The marathon méthod)

Facteurs biomécaniques

Technique de course : Il n’existe pas une seule technique de course mais il y a tout de même des fondamentaux à travailler pour avoir une foulée plus efficace. Une foulée adaptée va vous permettre d’éviter les blessures mais aussi va vous permettre de courir plus vite (car vous aurez des meilleurs appuis et vous orienterez mieux votre force) et plus longtemps (car votre foulée sera plus économique en énergie).

 

Alimentation

Ne jamais oublier notre corps, car comme n’importe qu’elle machine, il a besoin d’énergie pour fonctionner. Une alimentation adaptée peut vous permettre d’avoir plus d’énergie au quotidien (imaginez votre voiture avec de l’eau à la place de son carburant), de récupérer plus vite et peut-être de vous sentir plus léger (pour ceux qui veulent perdre du poids). On peut manger sainement et se faire plaisir, il suffit de cuisiner un peu.

Environnement physique + humain

Un sportif doit pouvoir bénéficier d’un environnement favorable et propice à son entraînement. L’environnement social, c’est la famille, les amis, le club, l’entraîneur et l’ensemble des personnes qui vont permettre à l’athlète de se sentir bien et d’être performant. L’environnement physique, c’est l’habitation, la ville, le stade, l’altitude, la température, la pollution… Ces différents facteurs auront leur importance sur le développement de l’athlète et vont influer durant les entraînements sur les différents autres facteurs précités jusqu’à présent.

 

En résumé

  • Ici, je n’ai que très peu développé chaque point. Je le ferais plus tard mais d’ici là, n’hésiter pas à surfer pour trouver des informations complémentaires si besoin. Construisez votre propre boîte à outil motivationnelle et bonne course !

 

%d blogueurs aiment cette page :