Sélectionner une page
Livre: la résilience par le sport
Runvideoworld.com
29 avril 2018

Je vais vous présenter aujourd’hui le livre “La résilience par le sport” ainsi que ses liens avec les aspects motivationnels de la performance. Dans ce livre, Hubert Ripoll, spécialiste en neurosciences et psychologue, c’est intéressé aux facteurs de la résilience par le sport. En allant à la rencontre de 24 champions handisport français, il essaie de faire le tour de ces facteurs. Pourquoi et comment certaines personnes avec un handicap arrivent à accomplir des performances et des exploits que même des personnes valides ne peuvent pas s’imaginer réaliser ?

Un éclairage pour tous les sportifs

En touchant à cette question-là, H. Ripoll touche aussi à la question de la motivation. C’est pourquoi je me suis intéressé à ce livre. Quel moteur a poussé ces personnes à se transcender, à passer le cap de leur blessure pour devenir des véritables champions ?

Ce livre est très bien mené, il explore la question de la résilience par le sport à travers différents exemples et propos de ces athlètes d’exception. Il raconte comment ils se sont renforcés physiquement, mentalement et ont retrouvés du plaisir, de la volonté, du goût à l’effort et de la confiance. La force de cet ouvrage, je trouve, c’est qu’il apporte un vrai éclairage pour tout sportif, avec ou sans handicap.

Je vais tenter de le résumer en quelques lignes dans cet article mais pour aller plus dans le détail, je vous invite à le lire en entier. Vous pouvez aussi visionner la vidéo qui figure en bas dans laquelle H. Ripoll nous parle de son livre lors d’une conférence ou consulter le blog consacré au livre (cf. image suivante).

Blog du livre
Image extraite du site: http://laresilienceparlesport.blogspot.fr/

 

 Des facteurs de résilience

Dès le début, il précise : « Aucune activité humaine ne possède en soi une « vertu » résiliente ». Il dit aussi que ce sont les individus qui construisent leur propre résilience. Chacun choisit l’activité qui en sera le support, le sport est l’une d’entre-elles. Voici à présent les facteurs qui sont détaillés dans le livre

  • Etre accompagné : c’est un facteur constant dans les différents récits des champions interviewés. Chacun a reçu un accompagnement (souvent par les parents ou des substituts) soutenant, sécure, qui leur a permis de rebondir, de faire face.
  • Etre dotés de traits de personnalité favorisant la résilience: se donner la possibilité d’être heureux et satisfait en donnant une direction et un sens à sa vie. Mais aussi pouvoir être capable de s’engager dans un travail productif associant compétence et maîtrise de l’environnement.
  • Avoir une sécurité émotionnelle liée à une perception réaliste qui favorise l’acceptation de soi et celle d’autrui.
  • Estime de soi
  • Autonomie
  • Orientation sociale positive

Ces traits, H. Ripoll est allé les chercher et les comprendre dans les différents récits de ces champions, afin de faire des liens entre l’accompagnement reçu et le développement de leur capacité à réussir, à entreprendre, à retrouver de l’estime de soi.

“Le sujet résilient doit avoir une croyance dans le fait que la vie a un sens et même un sens positif.” – Boris Cyrulnik

Affirmation de soi

Pouvoir assumer sa différence, son handicap : H. Ripoll décrit qu’il est important qu’il y ait un changement de l’image de soi qui se produise pour que celle-ci devienne suffisamment bonne afin que le sportif se forge sa propre cuirasse et qu’il puisse affronter l’autre sans craindre de s’exposer au regard souvent stigmatisant de notre société face au handicap. La résilience passe par cette affirmation de soi. Le sport et le merveilleux terrain qu’offre la compétition peut produire des effets spectaculaires dans ce sens car elle véhicule des enjeux de progrès, de dépassement de soi et qu’elle entraîne la fierté d’aboutir et de réussir quelque chose.

L’importance de l’imaginaire

Etre porté par son imaginaire : H. Ripoll accorde une vraie importance à ce facteur. Pour lui, l’imaginaire est un moteur inépuisable qui permet d’ouvrir le champ des possibles, de la création. Il permet de trouver des solutions lorsqu’un individu est bloqué dans une situation, il est la clé de toutes les grandes entreprises humaines. M. Ripoll y consacre d’ailleurs un livre sur les plus grands créateurs de ce monde. Un imaginaire « efficace » va nous permettre de prendre une certaine distance avec la réalité tout en gardant un lien avec elle pour pouvoir avancer, faire face. J’adore cette idée, je pense lire ce livre bientôt, il m’a donné envie d’en savoir plus. 

 

 

“Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité.” – Antoine de Saint-Exupéry

Le handicap prive de beaucoup de choses, mais certainement pas de rêver précise Amélie Le Fur dans l’un de ses extraits.

Motivation et handicap

Lors de son enquête, H. Ripoll constate que les champions handicapés poursuivent essentiellement des buts de maîtrise, la recherche de progrès et l’accomplissement de soi. Ce qui correspond à de la motivation intrinsèque dans la théorie de l’autodétermination. A la différence des sportifs valides qui eux, vont plus rechercher à satisfaire leur égo, à recevoir des gratifications symboliques ou matérielles et qui sera donc plus assimilé à de la motivation extrinsèque. Il pense donc que c’est une force supplémentaire pour les sportifs handicapés car poursuivre des buts d’accomplissement augmente la confiance en soi et permet d’atteindre le maximum de son potentiel alors que poursuivre uniquement des buts de performance peut rendre plus fragile, surtout en cas de difficulté ou d’échecs. Voici donc un bon conseil à prendre en compte pour tous les « valides » qui passent par ici !

La principale victoire décrite par les personnes avec handicap est d’abord et avant tout une victoire sur eux-mêmes. Et donc ceci n’est pas valable que pour des champions, il peut l’être pour tout-un-chacun.

Cette poursuite de buts d’accomplissement, H. Ripoll précise aussi qu’elle favorise une meilleure gestion du stress pour les athlètes. Ce genre de buts permet d’éviter les surinvestissements affectifs et donc une certaine fragilité lors de moments de stress importants comme lors d’une compétition par exemple. Les sportifs intrinsèquement motivés font de la pression un atout et gèrent mieux leur stress ou leurs échecs. Ils vont considérer l’échec comme un retour d’expérience et non comme une défaillance et vont ainsi plus facilement s’inscrire dans une démarche de progrès.

 

 

“On oublie souvent qu’un sportif qui réussit est un sportif qui a forcément échoué avant d’atteindre les plus hautes marches.” – Hubert Ripoll

La manière de s’investir, de s’accomplir est donc un merveilleux moteur pour la pratique du sport. Il faut accomplir des challenges avec soi-même et progresser avant tout par rapport à soi pour avancer. C’est une merveilleuse leçon que nous donne ces sportifs dans leur quête de résilience et de bonheur. A nous d’en faire de même et de prendre exemple sur ces champions d’exception, encore bravo !

%d blogueurs aiment cette page :