Sélectionner une page

Mary Jepkosgei Keitany

Runvideoworld.com
05 janvier 2019

 

Voici une nouvelle athlète d’exception pour cette section “les champions du running”: Mary Keitany. Dans cet article je vais vous révéler les différentes infos que j’ai pu débusquer sur le web en lien avec ses entraînements, son alimentation ou encore sa philosophie. Une foule d’informations en perspective, bonne lecture!

Palmares

Cette athlète d’1m58 et de 42kg est impressionnante, vous pouvez retrouver son palmarès complet sur la page de l’IAAF (International Association of Athletics Federations). Elle est avant tout connue pour être la deuxième marathonienne féminine la plus rapide de tous les temps: elle a terminé le marathon Londres 2017 en 2h17min01, un chrono tout juste exceptionnel ! Ce qui la place même recorwomen de la distance sur une course non-mixte car à l’époque Paula Radcliffe avait couru son marathon avec les hommes dont certains lui servaient de meneur d’allure.

Le site IAAF dispose d’une liste très complète d’athlètes internationaux. Leur base de données contient tous les athlètes qui ont concourus aux championnats du monde depuis 1999. Elle est idéale pour retrouver des stats diverses, des records ou des athlètes.

Page IAAF de Mary Keitany
Pour retrouver tout le palmares de Mary Keitany. Image extraite du site: https://www.iaaf.org/athletes/kenya/mary-jepkosgei-keitany-231010

Entraînement

Elle s’entraîne à Iten, ville de 40000 habitants au Kénya, c’est-à-dire entre les collines de haute altitude et une foule de coureurs masculins d’élite tous plus rapide les uns que les autres. Elle s’entraîne donc rarement seule. Son entraîneur s’appelle Gabriele Nicola et elle peut compter sur son mari lui aussi athlète pour l’épauler lors des séances.

Sa méthode d’entraînement : « the power of not knowing ». Elle a été surnommé ainsi par un journaliste du New Yorker car à l’ère de la haute technologie et de la performance, Mary Keitany cultive la simplicité et l’écoute des sensations. Elle ne tient pas un journal d’entraînement précis et ne s’attarde pas sur les chiffres et données qui sont à omniprésents dans le monde du sport. Lorsqu’elle court, elle décrit ne suivre que sa fatigue, si elle se sent bien elle accélère et inversement si cela va moins bien.

Cela paraît donc surprenant mais donc encore possible à notre époque. Les montres GPS, cardio et autres compteurs ne seraient donc pas indispensables. Cela fait plaisir à voir je trouve. C’est ce que pense aussi Steve Magness, scientifique et entraîneur international à Houston : « Avec notre besoin de tout mesurer, nous nous enfermons dans une expérience artificielle et technocratique de la course à pied. Nous sommes devenus dépendants de la technologie plutôt que de nos sens. »

Sur un forum, il est décrit qu’une semaine type d’entraînement pouvait ressembler à cela pour elle (attention, source peu sûre de fait) :

Lundi : AM 1 heure (15k) et PM 40min (10k)

Mardi : repos

Mercredi : repos

Jeudi : AM Piste (12k) et PM 40min (10k)

Vendredi : sortie longue (2h45) ou long fartlek 15x3k ou 7x5k

Samedi : 1h (15k)

Dimanche : repos

Cela paraît peu, 4 jours par semaine, pour une athlète de ce niveau donc je ne sais pas si cette source est fiable. Ce qui semble probable, c’est qu’elle ne suis pas un plan précis mais plutôt un plan flexible pour pouvoir courir en fonction de ces sensations comme elle semble le décrire. Son entraîneur déclare dans un autre interview qu’elle court entre 150 et 160 km par semaine. Il dit attacher de l’importance à la récupération.

“Avec notre besoin de tout mesurer, nous nous enfermons dans une expérience artificielle et technocratique de la course à pied. Nous sommes devenus dépendants de la technologie plutôt que de nos sens. – Steve Magness”

Régime alimentaire de Mary Keitany

Dans un article, elle décrit ne pas faire de régime alimentaire particulier et aime manger de la nourriture Kényane (Ugali, Chapatis, poulet…). Ce qui veut dire en général, peu d’aliments transformés, des produits locaux, peu de viande, beaucoup de glucides à base d’amidon, des fruits exotiques et des légumes frais.

Un article très intéressant ici sur l’alimentation Kényane.

Les clés de sa motivation

C’est en voulant imiter sa sœur aînée Ann Keitany que Mary Keitany c’est mise à courir. Paula Radcliffe a ensuite été un modèle inspirant pour elle. Elle aimerait pouvoir battre son record un jour. Elle décrit se fixer des défis et des challenges et essayer de les atteindre : engagement, discipline et motivation semblent être ses règles d’or.

Sa carrière est un exemple de longévité pour l’instant, elle parvient à joindre sa vie sportive et sa vie familiale avec succès. Elle a 2 enfants et un mari qui la soutiennent. Ses enfants ont toujours été présent sur ses grandes courses, elle sait qu’ils sont là au départ et à l’arrivée. C’est un élément important pour sa motivation. Son mari, lui-même athlète, est dévoué pour la carrière de son épouse, il lui est d’un grand soutien et lui sert d’ailleurs de pacer lors de ses entraînements.

Elle aime aussi voyager à travers le monde pour ses courses et représenter son pays le Kénya. Elle aime inspirer d’autres personnes à courir.

Ses chaussures

Mary Keitany court avec des Adidas Adizero.

Et enfin, une analyse en vidéo de sa foulée ci-après:

 

Des liens pour aller plus loin

https://www.newyorker.com/sports/sporting-scene/mary-keitany-power-not-knowing-marathon

https://www.iaaf.org/news/feature/mary-keitany-kenya-marathon-rio

https://www.outsideonline.com/2151696/the-art-of-training-by-feel

https://www.womenfitness.net/mary-keitany/

https://www.standardmedia.co.ke/article/2000159177/third-bite-at-the-cherry-keitany-seeks-fast-times-in-sunday-s-london-marathon

https://spe15.fr/marathon-de-londres-la-bombe-mary-keitany/

https://www.pirelli.com/mediaObject/corporate/documents/common/Pirelli_world_68/original/Pirelli_world+68.pdf

 

 

%d blogueurs aiment cette page :